Historique

Un tout petit peu d’histoire…

En 1977, un groupe de voisins, des parents et des passionnés initient le projet du Terrain d’Aventure.

Ils affichent un scepticisme face à certains aspects du progrès et des avancées technologiques qui ne leur semblent pas profiter à tout le monde, génèrent de l’exclusion et lissent les différences.

Il devient alors urgent pour eux de réinventer un espace de liberté pour les enfants.

Par opportunité, mais également un peu par défi, ils investissent, le temps d’un été, un espace laissé libre par l’urbanisation, à l’ombre de la vieille prison de Saint-Léonard.

L’initiative n’est pas unique, dans plusieurs villes de Belgique, à la même époque se créent d’autres Terrains d’Aventure.

En Europe existe déjà depuis plusieurs dizaines d’années car l’idée même de Terrains d’Aventure est amenée avant-guerre par SORENSEN, un Danois, qui exprime qu’il faut en ville des espaces propres aux jeunes et aux enfants pour les éduquer.

Avec le temps et l’évolution des pédagogies contemporaines, cette notion évolue pour resurgir fin des années 60, teintée des aspirations de libertés et d’émancipation.

A Liège, le projet de Terrain d’Aventure germe et les gosses y poussent comme de l’herbe folle. Quant la fin de l’été 77 fut venue, ils veulent encore de cette vie sauvage et avec l’aide des plus grands le projet se développe.

Au fur et à mesure que le projet s’installe dans la durée, il faut trouver des bases structurelles plus solides car même dans cette douce euphorie du début s’expriment déjà quelques parents et décideurs qui, grincheux ou inquiets, s’émeuvent du fait qu’on ne peut tout de même pas laisser les enfants tout seuls, livrés à eux-mêmes.

Alors, pour faire bonne mesure, convaincre, rassurer tout le monde et garantir la pérennité du projet, les grands montent une a.s.b.l. et recherchent des moyens financiers. En Belgique, la reconnaissance des Terrains d’Aventure n’existent pas en tant que tels, parmi les différentes Structures de Jeunes. Les fondateurs de l’a.s.b.l. se tournent dès lors vers les cadres existants qui correspondent le mieux à la réalité du projet : les Centres de Jeunes.

Dans sa forme actuelle, le Terrain d’Aventure est aujourd’hui une Maison de Jeunes et participe dès lors à la politique jeunesse menée en Communauté Française de Belgique.

Les valeurs et orientations du travail de l’a.s.b.l. s’affirment au quotidien. Elles sont sans cesse à remettre sur l’établi. D’une part, parce que les sens donnés aux valeurs se modifient au fil des changements sociaux et des politiques de secteur et d’autre part, parce que le fonctionnement même du Terrain d’Aventure lie intimement l’action aux personnes qui le fréquentent et s’y succèdent depuis 30 ans maintenant.

Depuis 1981, un lieu permanent d’activité est trouvé rue du Péri, sur les Coteaux de la Citadelle et une convention d’occupation lie le Terrain d’Aventure avec la Ville de Liège.

C’est ce bout du monde, rajoutés sur la carte de la Ville de Liège avec quelques planches et des clous, que les mômes des quartiers voisins et d’ailleurs investissent depuis lors en nombre à longueur d’année.